Accueil > Toutes les Dépêches Techniques > Toutes les Dépêches Techniques > Cellules stromales mésenchymateuses chez le cheval - Gestion du stress chez le chat

Cellules stromales mésenchymateuses chez le cheval - Gestion du stress chez le chat La Dépêche

Cellules stromales mésenchymateuses chez le cheval - Gestion du stress chez le chatLa Dépêche Vétérinaire

Ref. produit : DT180
22.00 € 
Livraison sous 5 à 8 jours
Quantité  

Utilisation rationnelle et scientifique des cellules stromales mésenchymateuses chez le cheval

Les cellules stromales mésenchymateuses (CSM) font partie des thérapies dites innovantes.

Ces thérapies comprennent, selon la définition de l'article 4(43) du règlement (UE) n°2019/6 du Parlement européen et du Conseil relatif aux médicaments vétérinaires :
- un médicament vétérinaire spécifiquement conçu pour la thérapie génique, la médecine régénérative, l'ingénierie des tissus, la thérapie par les produits sanguins ou par les phages ;
- un médicament vétérinaire issu des nanotechnologies ou
- toute autre thérapie considérée comme un domaine émergent en médecine vétérinaire.

Elles sont actuellement en plein essor en médecine vétérinaire. L'obtention récente d'une Autorisation de mise sur le marché (AMM) pour deux médicaments utilisant des CSM chez le cheval est l'occasion de refaire un point sur ce qui est connu actuellement sur les CSM et sur les pratiques d'utilisation.


Gestion du stress chez le chat en consultation et en hospitalisation

Selon les dernières études de recensement, le chat est l'animal de compagnie le plus présent en France. Il l'est également de plus en plus chez les vétérinaires du fait de la volonté croissante des propriétaires à médicaliser leur chat. Il est donc particulièrement intéressant de se pencher sur l'accueil des chats en clinique.

Pourquoi les femmes vétérinaires sont plus stressées que leurs confrères ?

Dans un sondage publié par le SNVEL*, les femmes vétérinaires rapportaient être plus stressées que leurs confrères face à la crise du Covid-19 : 55 % se déclaraient très ou assez stressées contre seulement 31 % des hommes. Pendant ce temps-là, dans le milieu académique, il a été noté que moins de femmes rendaient des publications depuis le début du confinement alors qu'à l'inverse, les hommes en proposaient davantage qu'avant. Ce qui signifierait qu'ils ont plus de temps que d'ordinaire. Quelles hypothèses face à cette disparité ? Que disent les chiffres et les études sur ce sujet ?

Aller au-delà de l'enrofloxacine : antibiothérapie appliquée chez les NAC

Le traitement des maladies bactériennes des NAC peut représenter un défi thérapeutique et réglementaire pour le clinicien. Les habitudes d'utilisation des quinolones sur de nombreuses espèces sont en contradiction avec le décret relatif à la prescription et à la délivrance des médicaments utilisés en médecine vétérinaire contenant une ou plusieurs substances antibiotiques d'importance critique. Cet article vise à proposer une démarche pour savoir aller au-delà de l'enrofloxacine chez les NAC.

Les chauves-souris et les virus zoonotiques
Comme nous l'avons vu dans l'article précédent du supplément technique du mois dernier (Dépêche Technique n°179 du mois de septembre 2020), des caractéristiques spécifiques des chauves-souris, comme leur capacité à voler, unique chez les mammifères, leur système immunitaire particulier ou leur période d'hibernation, augmentent leur capacité à héberger des pathogènes, sans elles-mêmes en développer la maladie. Nous allons à présent étudier quelques cas de virus zoonotiques, notamment les plus mortels pour l'homme.

Publication : 
Octobre 2020
Editions : 
La Dépêche Vétérinaire
Pages : 
28
Format : 
21 x 29,70 cm
Caractéristiques : 
Dépêche Technique n°180
Réf. : 
DT180
Bookmark and Share
Site conçu et géré avec la solution PowerBoutique