Une question ? 01 44 93 30 69 Contactez-nous
Votre panier
Recherche
Accueil > Médecine interne > Médecine interne Carnivores : tous les livres > Maladies de l'appareil urinaire du chat : diagnostic différentiel et implications thérapeutiques

Maladies de l'appareil urinaire du chat : diagnostic différentiel et implications thérapeutiques La
 

Médecine interne Carnivores : tous les livres

Maladies de l'appareil urinaire du chat : diagnostic différentiel et implications thérapeutiques

Ref. produit : DT131
La Dépêche Vétérinaire
22.00 €

Livraison sous 3 jours
Quantité  
 
   
Bookmark and Share
Dès les premières mentions du chat en tant que patient dans les traités vétérinaires, les affections de l’appareil urinaire sont citées comme entité pathologique majeure, allant de la « maladie de la pierre », appellation chère aux Anciens, à la malpropreté, une affection banale qui n’en finit pas d’empoisonner l’harmonie de la relation Homme/chat.

Depuis quelques décennies, les lithiases urinaires sont devenues bien souvent des lithiases rénales (ou néphrolithiases) dont le diagnostic est parfois délicat. Enfin, depuis quelques années, la maladie rénale chronique (MRC) – appellation qui s’est substituée à celle d’insuffisance rénale chronique – demande un diagnostic précis de son stade pour adapter au mieux des intérêts du chat son traitement, notamment lorsqu’une dysendocrinie est concomitante. Or, la finesse de la prescription personnalisée à chaque patient pour sa MRC, dont le diagnostic en soi ne pose plus problème, demande désormais la mise en œuvre de moyens d'investigation précis et répétés pour établir le stade de la MRC et adapter l’alimentation autant que les prescriptions médicamenteuses d’un patient souvent polymédicalisé.

L’incidence croissante des lymphomes, le développement de maladies génétiques à tropisme rénal nous conduit aujourd’hui à élargir le diagnostic différentiel, et à réaliser des dépistages précoces sur les races prédisposées. Enfin, avec le syndrome de Pandore, nouvelle dénomination de la cystite idiopathique, le diagnostic impose d’avoir éliminé les autres causes par une démarche rigoureuse et systématique, même si avec un patient aussi sensible que le chat, on sait que la vessie est, comme chez son humain de compagnie, le miroir de son âme.

Ce dossier de 44 pages a été réalisé en 2012 par notre consœur Anne-Claire Gagnon, vétérinaire diplômée de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, où elle a soutenu sa thèse en 1985, alors qu’elle travaillait au sein du laboratoire de PsychoPhysiologie dirigé par le Professeur Hubert Montagner. Elle a été praticienne en clientèle généraliste (chats et chiens) puis plus tard, après un passage dans l’industrie pharmaceutique en charge de la Gamme féline, elle a créée une Clinique Vétérinaire Réservée aux Chats. Elle n’a jamais cessé d’écrire pour la presse professionnelle et grand public et est l’auteur de plusieurs ouvrages concernant le chat.


Publication : 
Décembre 2012
Auteur(s) : 
Anne-Claire Gagnon
Pages : 
44
Format : 
21 x 29,7 cm
Caractéristiques : 
Dépêche Technique n°131
. : 
.

Un site de La Dépêche Vétérinaire
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel pour créer un site internet