Accueil > Toutes les Dépêches Techniques > Toutes les Dépêches Techniques > Quand décider de pratiquer une césarienne chez la chienne

Quand décider de pratiquer une césarienne chez la chienne La Dépêche Vétérinaire

Quand décider de pratiquer une césarienne chez la chienneLa Dépêche Vétérinaire

Ref. produit : DT164
22.00 € 
Livraison sous 3 jours
Quantité  
Quand décider de pratiquer une césarienne chez la chienne
Lorsque la mise bas ne se passe pas comme prévu chez la chienne, la césarienne, qui permet une naissance rapide, peut apparaître comme une solution idéale. En outre, elle épargne au vétérinaire de se voir reprocher de «n'avoir rien fait» en cas de mortalité foetale. Or, quelles que soient les précautions prises, une césarienne est une intervention risquée, qui engage la vie de la mère ainsi que celle des foetus. C'est pourquoi cette intervention ne devrait être envisagée qu'après avoir évalué la situation clinique dans son ensemble.

Les hépatites chroniques idiopathiques chez le chien : diagnostic et traitement
Les hépatites chroniques (HC) sont défi nies selon le WSAVA* Liver Standardization Group (WSAVA LSG) par la présence d'apoptose et de nécrose hépatocellulaires, d'une infi ltration par des cellules inflammatoires mononucléées ou mixtes, ainsi que des zones de régénération et de fibrose.
Certains auteurs complètent cette définition histologique par une définition plus clinique, en s'appuyant sur celle qui est utilisée en médecine humaine : on parle d'HC en présence de preuves cliniques et biochimiques d'un dysfonctionnement hépatocellulaire, évoluant sans amélioration depuis au moins six mois.
Les HC sont fréquentes dans l'espèce canine : dans une étude sur 200 chiens, 12 % des chiens autopsiés pour diverses raisons présentaient des signes histologiques d'HC. Une étude rétrospective sur 101 chiens menée dans une université 3 montre que les hépatites primaires représentent 0,5 % des motifs de première consultation dans cette structure, parmi lesquelles les HC pour environ 67 % des cas.

Intérêts de la thérapie LASER chez le cheval
Le principe du laser nous ramène à la physique de l'atome. La lumière LASER de puissance élevée (au delà de 500mW dans les LASER classe 4 qui nous intéressent en médecine) est produite par l'excitation et l'arrachement d'un électron de sa couche énergétique. L'énergie créée va produire des effets photomécaniques, photo-thermiques et photochimiques qui, eux, se traduisent par des effets biologiques au niveau tissulaire.
Cette technologie est utilisée depuis plusieurs décennies en médecines humaine et vétérinaire par nos voisins européens et dans le reste du monde. La France est restée en retard sur cette avancée majeure dans la prise en charge de la douleur et dans la gestion de l'inflammation. Nombreux sont les vétérinaires investis dans la physiothérapie qui utilisent depuis longtemps ces techniques. Les praticiens canins s'équipent de plus en plus fréquemment. Les praticiens équins s'engagent dans cette thérapie complémentaire.
Publication : 
Décembre 2018
Editions : 
La Dépêche Vétérinaire
Pages : 
32
Format : 
21 x 29,70 cm
Caractéristiques : 
Dépêche Technique n°164
Réf. : 
DT164
Bookmark and Share
Site conçu et géré avec la solution PowerBoutique