Err

L'anesthésie-réanimation dans la pratique au quotidien : modernisation et sécurité

L'anesthésie-réanimation dans la pratique au quotidien : modernisation et sécurité

LA DÉPÊCHE VETERINAIRE
(Code: DT141)
Sur commande
Disponible sous 2 jours
Dépêche Technique n°141
Géraldine Jourdan
Mai 2016, La Dépêche Vétérinaire
56 pages
21 x 29,70 cm
22,00 €
110g
Description




Que s’est-il passé dans le domaine de
l’anesthésie-réanimation des carnivores
domestiques ces vingt dernières années ?


Nous pouvons tout d’abord faire l’heureux
constat que la mortalité anesthésique
globale baisse régulièrement et avoisine
actuellement les 0,1 à 0,2 %, selon la
dernière grande étude épidémiologique
de Brodbelt en 2008. Cette baisse de la
mortalité anesthésique a été permise par
différentes conditions que s’efforcent de
détailler et expliquer les articles de ce numéro spécial de La Dépêche Vétérinaire.


La prise de conscience de la nécessaire
gestion de la douleur en est une. Dans le
domaine de l’analgésie, la récente mise
sur le marché de nouvelles spécialités
notamment morphiniques (fentanyl, méthadone, buprénorphine, butorphanol)
a permis de diversifier et d’enrichir nos
possibilités de prises en charge. Encore
faut-il maintenant les utiliser et les prescrire à bon escient ! Parallèlement, on
peut aussi citer le développement gran-dissant des techniques d’anesthésie




loco-régionale conjointement aux techniques de chirurgie mini-invasive (arthroscopie, coelioscopie...).


De plus, l’arrivée de nouveaux anesthésiques
considérés comme « plus modernes » (alfaxalone, propofol, sévoflurane) et le retrait
de certains médicaments « historiques »
(thiopental et halothane) a obligé beaucoup
d’entre nous à faire évoluer leurs pratiques,
amenant à la conception et à la réalisation de
protocoles mieux équilibrés et donc plus en
adéquation avec les bonnes pratiques.


Nous finirons enfin par l’un des aspects
essentiels expliquant cette amélioration
tant quantitative que qualitative de l’anesthésie vétérinaire actuelle : le développe-
ment et la démocratisation des moyens
de surveillance instrumentale, maintenant
moins onéreux, plus abordables et de
fonctionnement assez intuitif et pratique
(écran tactile). Ces moyens de surveillance
instrumentale permettent notamment de
faire un diagnostic précoce des principales
complications peranesthésiques et ainsi
de les traiter de manière adéquate afin de limiter leurs conséquences morbides.


Toutefois, même si le risque de mortalité
anesthésique vétérinaire s’est considérablement amélioré, il reste 10.000 fois plus
élevé que chez l’homme. Même s’il est
injustement déprimant de se comparer à
la médecine humaine dont les structures
de travail, les contraintes et les moyens
sont différents de notre réalité vétérinaire, des améliorations quotidiennes
peuvent être apportées, notamment par
la prise en compte systématique des facteurs de risque de mortalité maintenant
clairement identifiés et le respect de
bonnes pratiques simples. Nos interrogations quotidiennes devraient maintenant
plutôt porter sur la stratégie globale de
gestion d’une anesthésie que sur les médicaments à injecter.


Nous espérons donc que les articles de
cette Dépêche Technique vous aideront au
quotidien à optimiser vos pratiques afin de
continuer à participer activement à la diminution de la mortalité anesthésique, enclenchée depuis ces vingt dernières années.