Err

Chat ictérique : démarche diagnostique

Chat ictérique : démarche diagnostique

LA DÉPÊCHE VETERINAIRE
(Code: DT175)
Sur commande
Disponible sous 2 jours
Dépêche Technique n°175
Fév. - Mars 2020, La Dépêche Vétérinaire
36 pages
21 x 29,70 cm
22,00 €
110g
Description

En pratique face à un chat ictérique
L'ictère
correspond à une coloration jaune des muqueuses, de la peau et de la
sclère due à l'accumulation de bilirubine. L'ictère est identifiable
cliniquement lorsque la bilirubinémie est supérieure à 2 mg/dL (valeur
normale : 0,1 à 0,6 mg/dL).
L'ictère n'est pas une maladie en tant que telle, c'est le reflet d'un processus sous-jacent.
De nombreuses affections peuvent être à l'origine d'un ictère chez le
chat, ce qui nécessite une démarche diagnostique rigoureuse afin d'en
identifier la cause et de proposer la prise en charge la mieux adaptée.




Les aliments fonctionnels chez le chien et le chat
La
science nutritionnelle a considérablement évolué tant chez l'Homme que
chez l'animal, passant progressivement de la prévention des carences
alimentaires à la définition des besoins de croissance, d'entretien, et
de production. Après s'être attachée à établir des recommandations
alimentaires pour chaque espèce et pour chaque situation
physiologique ou pathologique, la nutrition s'attache aujourd'hui à
promouvoir le bien-être, la santé et même à réduire le risque de
maladie.
Les possesseurs d'animaux
sont actuellement très sensibles aux nouvelles tendances alimentaires et
questionnent leur vétérinaire sur des concepts présentés comme
innovants : les « aliments fonctionnels » en font partie.



Bien-être animal et soins de la faune sauvage
Quand
un particulier trouve un animal blessé, il n'est pas rare qu'il
contacte un (son) vétérinaire pour apporter les premiers soins. Outre
les considérations légales ou physiques, la prise en charge d'animaux
sauvages à la clinique devrait prendre en compte des considérations de
bien-être animal adaptées à la nature sauvage du patient (Mullineaux
2014).


La réglementation du médicament en pratique équine
Les équidés ont un double statut.
Individuellement, l'animal est exclu ou non de la filière bouchère
(consommation humaine), ce qui modifie l'arsenal thérapeutique
accessible et son usage pour cet individu donné.

Avant la prescription et/ou l'administration d'un traitement, le
vétérinaire DOIT connaître le statut de l'équidé en soins, cela signifie
voir et vérifier le document d'accompagnement (le livret) à chaque fois
et AVANT la consultation.

Collectivement, chaque équidé appartient à une espèce dont la chair ou
les produits peuvent être consommés, ce qui oblige à des démarches de
suivi sanitaire et administratif pour le praticien équin.

Après la prescription et/ou l'administration d'un traitement, le
vétérinaire DOIT remplir une ordonnance, un registre d'élevage s'il
existe et compléter le feuillet médicamenteux du livret si besoin.
Par défaut, le cheval est considéré comme faisant partie de la filière bouchère.