Err

Dépêche Technique n°185 (PDF interactif)

Dépêche Technique n°185 (PDF interactif)

LA DÉPÊCHE VETERINAIRE
(Code: E-DT185)
Disponible sous 2 jours
Dépêche Technique n°185 (PDF interactif)
Mai 2021, La Dépêche Vétérinaire
21 x 29,70 cm
22,00 €
100g
Description
Traitement et suivi d'une hypertension pulmonaire chez le chien
Les
deux articles précédents ont abordé les moyens diagnostiques de
l'hypertension pulmonaire (HTP) et l'identification de ses causes dont
l'enjeu premier est de prescrire le traitement le mieux adapté.


Les médecines intégratives et complémentaires en oncologie vétérinaire : partie 3
Certains
médicaments, conçus initialement pour traiter une affection spécifique,
possèdent parfois un mécanisme d'action particulier ou une activité
observée lors du traitement de cancers. Nous développons ici, trois
exemples de molécules destinées à traiter des affections non tumorales,
ayant ainsi démontré une action anti-cancéreuse qui peut être mise à
profit en tant que médecine complémentaire en cancérologie vétérinaire.


Les régimes d'éviction chez le chat
L'hypersensibilité
alimentaire se définit par une réaction à un composant de
l'alimentation, qui est habituellement inoffensif. Elle regroupe les
allergies alimentaires (immunologiques) et les intolérances alimentaires
(non immunologiques). Dans l'espèce féline, elles se manifestent le
plus souvent par des troubles digestifs ou cutanés. Les signes cliniques
sont peu spécifiques et le diagnostic différentiel est vaste. Le régime
d'éviction doit être proposé assez rapidement dans la démarche
diagnostique, afin de confirmer ou d'exclure l'hypersensibilité
alimentaire.


Enrichissement du milieu chez les NAC
Dans
la nature, les animaux utilisent une grande partie de leur budget-temps
à rechercher de la nourriture et à manger. En captivité, les animaux
ont le plus souvent accès à volonté à une nourriture riche.


De la première consultation pédiatrique à l'animal senior

Pour
les entreprises vétérinaires, la médecine préventive présente
l'avantage de s'adresser à un marché très large (tous les animaux de
compagnie) pour leur proposer un processus récurrent avec, pour les cas
les plus fréquents, un à cinq rendez-vous par an selon l'âge de l'animal
et la richesse de l'offre de la clinique, offre qui est programmable
dans le temps. Comme expliqué dans l'article consacré à la médecine
préventive dans le numéro 183 de la Dépêche Technique Vétérinaire (mars
2021), cette discipline résulte d'une approche tout au long de la vie de
l'animal. L'article ci-dessous détaille ainsi une structuration
possible de l'offre de médecine préventive d'une clinique vétérinaire
par stade physiologique : pédiatrie, puberté, jeune adulte et
senior (cf. fig. 1), chacun de ces stades correspondant à différents
besoins des animaux.


Le changement est-il un impératif managérial ?
Voici
plus de vingt ans que les managers, les consultants et autres coachs
incitent au changement. Vingt ans au moins que le management affirme que
l'on vit une période singulière, unique, spéciale. Il se dit que tout
change, que plus rien ne sera comme avant, qu'il faut changer et faire
changer. Mais est-ce que tout change réellement ? Le management doit-il
tout changer ? Ce changement est-il toujours synonyme de progrès ? Ce
qui ne change pas, c'est en tout cas la demande de changement et le
désir de vouloir que tout change.


Pourquoi les femmes vétérinaires peinent-elles à se faire accepter dans le monde rural ?

La
sociologie des professions et du genre a mis en évidence que la
féminisation d'une profession est souvent perçue comme responsable de
ses dysfonctionnements ou tout au moins de la détérioration de son
image. Comme pour les médecins, les avocates, les juges et les
enseignantes, les femmes vétérinaires ont été accusées de plusieurs
évolutions dans leur profession telles que la désertion de la pratique
rurale et la modification des pratiques professionnelles. La
féminisation signe-t-elle l'arrêt de mort de la pratique rurale ?