Err

Parvovirose : de nouvelles données

Parvovirose : de nouvelles données

LA DÉPÊCHE VETERINAIRE
(Code: DT152)
Sur commande
Disponible sous 1 jours
Dépêche Technique n°152

Sept. 2017, La Dépêche Vétérinaire

39 pages
21 x 29,70 cm
22,00 €
110g
Description
PARVOVIROSE : DE NOUVELLES DONNÉES

PARVOVIRUS CANIN DE TYPE 2
CHEZ LE CHIOT
DE NOUVELLES DONNÉES SUR UN VIRUS CLASSIQUE

Les troubles gastro-intestinaux sont l'un des problèmes les plus fréquemment rapportés dans l'espèce
canine, et la première cause de mortalité chez les chiots de moins d'un an, en particulier au sevrage. En
effet, le sevrage est une période stressante pour le chiot, puisqu'il va être séparé de sa mère et passer d'une
alimentation lactée à une alimentation solide, entraînant des modifications de l'architecture de la muqueuse
digestive.


PARVOVIRUS CANIN DE
TYPE2 : DU VIRUS À LA VACCINATION

Le parvovirus canin de type 2 est responsable d'une pathologie majeure, mortelle, des
chiots âgés de six semaines à six mois. Les tableaux cliniques observés reflètent le tropisme du virus
pour les tissus riches en cellules en division (tissus lymphoïdes, épithélium intestinal, moelle osseuse,
et cellules cardiaques du nouveau-né). Il est extrêmement contagieux, très résistant dans le milieu extérieur, et diffuse très rapidement via
la voie fécale-orale dans les collectivités de chiens (refuges, chenils, animaleries). Le contrôle de la
maladie passe par l'emploi de vaccins à virus atténués, efficaces, sûrs d'emploi et disponibles dès le
début des années 1980.

EXTRACTION CHIRURGICALE DE LA CARNASSIÈRE MAXILLAIRE CHEZ LE CHIEN : LES ÉTAPES
La décision d'une extraction dentaire se fait avec le consentement éclairé des propriétaires
dans plusieurs situations : traumatisme dentaire :
- fracture dentaire avec exposition pulpaire,
- pulpite (inflammation de la pulpe dentaire évoluant vers une nécrose pulpaire),
- luxation dentaire, maladie parodontale avancée, résorption dentaire, carie dentaire, malocclusion dentaire, persistance d'une dent déciduale. Lorsque que le traitement conservateur (endodontie, soins parodontaux, orthodontie selon
le cas) n'est pas réalisable ou refusé par le propriétaire, l'extraction est alors envisagée.